Collectif d’acteurs
Christian Berthelot


Mise en scène :
Pierre Maillet &
Mélanie Leray

Avec :
David Jeanne Comello, Mélanie Leray, Catherine Riaux et Valérie Schwarcz

Lumières :
Ronan Cabon &
Sylvain Crozet

TEXTE PUBLIÉ CHEZ l’Arche éditeur
DANS UNE TRADUCTION
DE Jean-Louis Jacopin,
Per Nygren et Marie de La Roche

Remerciements à Mario Batista, Sandrine Bodénès, Jocelyne Cabon, Helena Costelian, Sylvain Loret, Quentin Vigier et
Laure Mahéo

Automne et Hiver

"Le public et les acteurs doivent respirer ensemble, écouter ensemble. Dire les choses en même temps. Je préfère un théâtre où le public se penche en avant pour écouter à celui qui se penche en arrière parce que c’est trop fort."

Lars Norén

Le ciel scandinave transforme apparemment les conditions de la vie humaine, concentre les tensions et favorise les agressions à l’intérieur des maisons. Sous les toits, la guerre familiale éclate.

Ann et Ewa, sœurs que tout ou presque semble opposer, rendent visite à leurs parents. Le temps du dîner, on parle de choses insignifiantes, un dialogue de sourds que Norén conduit avec un humour implacable. Ann, mal-aimée et malheureuse, veut mettre fin au factice, déchirer le voile du mensonge. Qui tire les ficelles ? Que cache la façade ?

Victime et bourreau, elle force les autres, la sœur, le père qui boit et la mère qui domine, à rompre le silence. Pour Ann, la vérité est comme un cadavre lorsqu’on ne la montre pas.

« Ne pourrait-on pas continuer à garder le silence vingt-ans de plus ? » enrage le père. Impossible ce soir là. Chacun devra mettre à nu ses démons…Automne et hiver est dur, violent. Ce n’est pas le simple récit d’une crise familiale mais un texte plus universel qui oscille sans cesse entre l’ombre et la lumière, le mensonge et la vérité. Chaque personnage affronte entre autre sa propre mort et il n’y a aucune véritable issue. « Je ne me sens jamais comme ce soir, ça fait mal mais c’est sans doute bien…mais je ne peux tout de même pas tourner en rond et penser à ça en permanence, je dois bien vivre d’une façon ou d’une autre ». Lars Norén.

La famille n’est pas l’univers clos, privé, protégé, comme on voudrait nous le laisser penser ; ni cette valeur refuge décrite par les politiques, pour en pleurer la disparition ou en chanter le renouveau. C’est un lieu poreux où se cristallisent les rapports de forces qui traversent nos sociétés, entre hommes et femmes, entre classes sociales, entre générations : un lieu où se nouent les inégalités.

À travers ce dîner aux apparences ordinaires, d’une famille ordinaire, Lars Norén décrit de manière cruellement réelle tout un pan de nos sociétés capitalistes et aborde des thèmes comme celui de l’argent, l’éducation, l’alcoolisme, l’inceste, la folie, les médicaments, l’adoption...

La mémoire y est abordée de manière très forte : la mémoire familiale. Ann puis les autres membres de la famille mobilisent leur passé, le confrontent aux autres et tentent de lui donner le sens qui les arrange... Cette mémoire forcément est fugitive et soumise aux caprices de la réminiscence.

"La seule vérité c’est la mémoire mais la mémoire est une invention." (M de Olivera pour le film Lisbonne Story réalisé par W Wenders.)

  • Automne et Hiver Automne et Hiver
  • Automne et Hiver Automne et Hiver
  • Automne et Hiver Automne et Hiver
  • Automne et Hiver Automne et Hiver

  • Automne et Hiver Automne et Hiver
  • Automne et Hiver Automne et Hiver
  • Automne et Hiver Automne et Hiver
  • Automne et Hiver Automne et Hiver

  • Automne et Hiver Automne et Hiver
  • Automne et Hiver Automne et Hiver

PRESSE (articles entier ci-après)

Doucereuse toxicité des familles – Le Figaro 13 /03/06
Comment expliquer la profonde emprise qu’exerce ce spectacle et sur l’esprit et sur le corps ?...

Le festin nu – Les Inrocks 14/03/06
Avec « Automne et Hiver » de Lars Noren, les lucioles font le coup du diner de famille qui tourne au drame. Un Régal…

Les abîmes d’une famille en crise – Le Monde – 10 /03/06
A la Bastille, « Automne et hiver », du Suédois Lars Norén est portée par des comédiens et une mise en scène irréprochables. …

Automne et hiver … au spectacle – Le littéraire.com – 09 /03/06
La famille est là, installée autour d’une table, un espace Ikéa - skaï et inox, surfaces géométriques et lisses : aseptisé.
Le spectateur pénètre…

Orageux repas en famille – theatreonline – 15 /03/06
À l’époque où l’hiver scandinave approche, prolongeant les ombres et forçant les gens à se réfugier dans la vie d’intérieur, Margareta et Henrik reçoivent leurs deux filles…

Lucioles et autres coléoptères – L’Humanité – 13/03/06
[…] Un huis clos familial oppressant, une sorte de « Festen » durant lequel non-dits et règlements de comptes vont éclater, entre la poire et le fromage. Les acteurs jouent avec précision, évoluant dans un décor…

Sur un nerf de famille – Libération - 03 /03/06
Ils sont déjà à table lorsque les spectateurs prennent place. La mère, le père et les deux filles. Il y a du vin dans les verres. Et, comme dans tous les repas de famille, ça parle dans tous les sens…

Automne et Hiver – Télérama sortir – 15/03/06
Ecrivain des pugilats verbaux, le Suédois Lars Norén a livré, avec "Automne et hiver", une pièce étonnamment troublante. Sans doute parce qu’elle se situe au cours d’un de ces repas de famille connus de tous…

Mortes saisons – Le Figaroscope – 22/03/06
Pierre Maillet et Mélanie Leray mettent en scène une version racourcie de la pièce, mais en gardant l’essentiel. On entre dans un univers qui nous prvient lentement à travers des chuchotements, des moments volés à une intimité familiale, comme si nous arrivions en retard à ce repas. De l’insignifiance des mots, de leur platitude, on passe à leur violence doucereuse, aux aveux. Et l’équilibre fragile qui réunissait cette famille s’écroule avec fracas. L’émotion nous arrive par rafales, comme un vent d’automne qui balaie tout sentiment. Un vent qui bouleverse nos certitudes et nous entraîne vers cet hiver de la vie, où tout se fige. Vers une mort lente qui ne dit pas son nom. C’est bouleversant.

PRODUCTION Théâtre des Lucioles
CO-PRODUCTION Echo Théâtre - Hédé
AVEC LE SOUTIEN DE l’ADAMI

Date et lieu de création :
2004 au Théâtre de poche de Hédé (35)

 
@ Théâtre des Lucioles 2017